LA GUERRE DES TRIBUS

Chapitre I
Trois Tribus se partagent les terres autour d'un lac, au coeur-même des montagnes.
Venez incarner un chat de Tribu et lancez vous dans une nouvelle guerre.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Illusion - Ne jamais s'attacher à personne, ne jamais faire confiance à personne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fondatrice
Solitaire
Messages : 259
PUF (pseudo) : ¤Étoile Bleue¤
Date d'inscription : 20/07/2014
Age : 15

Feuille de personnage
XP:
0/50  (0/50)
Statut actuel: Autre
MessageSujet: Illusion - Ne jamais s'attacher à personne, ne jamais faire confiance à personne   Sam 8 Nov - 15:52

ILLUSION

MON PERSONNAGE

• NOM : XX
• SEXE : Femelle
• ÂGE : 45 lunes
• RACE : Chat des Montagnes


• TRIBU : de l'Eau du Givre (temporaire pour le moment)
• RANG : squatteuse
• CROYANCE : athée
• ORIENTATION : hétérosexuelle

Famille :
Onde - sa fille
Sashenka - sa mère

Relations :
SON PHYSIQUE

Je prends soin de mon apparence, car c'est sur ça qu'évalue les gens en premier. Si ça ne tenait pas à ça, je peux vous le dire, je ne ferai même pas ma toilette tous matins, juste une ou deux fois par lune, c'est tout. Mais après, il faut aussi que je sente plutôt... Bon, normal, pour pouvoir chasser, pour ne pas avertir les proies de ma présence non ? Enfin bref, tout cela vous vous en fichez bien. Tout ceci pour vous dire que je me toilette, que je suis plutôt propre, que je sen sbof, mon odeur n'a rien de particulier.

Je suis une chatte qui est ni trop jeune, ni trop vieille, gardant des cicatrices auss bien à l'intérieur qu'à l'extérieur, souvenirs d'un chat que je hais, et d'un chaton que je ne pourrais jamais aimer.

Mon pelage est marron, rayé de cette même couleur un peu plus foncé, se rapprochant du noir mais pas trop. En inspectant ma fourrure vous pourrez y trouver quelques endroits arrachés, où rien ne poussent, ce sont mes cicatrices. Même si je pouvais me refaire une beauté, arranger ces plaies, je les garderai quand même, car elles sont là pour me rappeler que la vie est injuste, pitoyable et cruelle.

Mes griffes sont toujours prêtes à vous tuer, Invité, car tuer ou torturer me prend comme une envie de pisser ! Elles sont si bien taillées, si parfaites, si pointues que je fonds de joie en les voyant à l'œuvre. Ma musculature est jolie aussi, mais elle est plutôt fine, elle n'en reste pas moins muscler.

C'est tout ce que je trouve à dire sur mon physique. Après j'ai des yeux typiques, marron, rien d'original ou innovant. Maintenant que tu sais comment je suis, je te conseille de garder tes distances en me voyant.
SON CARACTERE

Quand tu liras mon histoire, tu pourrais te dire que mon caractère ne me va pas du tout. Et pourtant si. Je suis ainsi. Mon caractère s'est forgé avec ce que j'ai vécu, ce que j'ai vu. Il a été crée à partir de mes souffrances, mes peines, et mes quelques moments de joie. Je n'ai jamais été heureuse en faite, je suis... Neutre. Non, je n'aime pas la vie, je la hais pour ce qu'elle m'a fait et m'a donné, voilà pourquoi je veux la défier en faisant le mal.

J'aime les chats naïfs et crédules, que l'on peut manipuler à notre plein gré comme si qu'on jouait avec les restes d'une souris. D'un point de vue extérieur, je suis plutôt jolie, charmeuse, joueuse, mais avec une connaissance plus approfondie de mon véritable moi, je ne suis pas du genre à être une "bisournours". J'aime vous voir souffrir, voir le sang couler, j'aime quand vous souffrez de la disparition d'un proche ou X raison.

Je serai prête à tout pour parvenir à mes fins. C'est à dire sacrifier des pions, envoyer des chats se faire tuer à ma place, ou bien je les tue tout simplement.

Mais je sais faire profil bas, pour qu'on ne remarque pas mon jeu. Je sais être gentille, polie, courtoise. Oui, je sais être tout cela, tout ça pour cacher mon double jeu, tout ça pour me cacher, pour que tous les soupçons se tournent vers quelqu'un d'autre lors d'un attentat.

Après... Toute reste encore à écrire, à décrire, rien est fixé d'avance.

SON HISTOIRE

Je suis Illusion, et toi, je suppose que tu es Invité si je ne m'abuse ? Bien, que veux-tu savoir sur moi ? Quoi qu'il en soit, tout ce que tu as à connaître de mon histoire se trouve ci-dessous.


Je n'ai rien d'autre à faire que de fermer les yeux et repenser à mon passé. Les miaulements de chats qui résonnent en bas, se plaignant de la mort de l'ancienne meneuse me cassent les oreilles. Je n'en ai que faire de leurs problèmes, enfin si, mais pas comme ils le pensent.
Je pense... A avant... Je pense... A mes tous débuts... Je pense à mon histoire.


Je suis née dans la rue d'une grande ville humaine. L'air y était étouffante, des voitures me frôlaient sans cesse, ainsi que ma mère. D'ailleurs, ma mère avait l'air inquiète, elle avait peur, très peur. Aussitôt qu'elle m'eut, elle me prit et s'enfuit, mais elle n'avait plus la force de continuer à courir. Une énorme voiture s'arrêta juste devant nous, des hommes en sortirent, -l'un d'eux tenaient une épuisette- et nous attrapèrent toutes les deux.
Tout cela, je ne l'ai pas oublié, bien que je n'avais même pas une lune, je m'en souviens comme si que c'était hier. J'avais peur aussi, même si je ne savais pas ce qu'était la peur, j'avais froid, très froid, et faim aussi. Je n'ai eu que de la chaleur et du lait quand nous sommes montées dans la voiture.
La suite, je ne l'a connais que grâce à ma mère, je l'ai oublié.

- Les hommes nous amenèrent dans une maison où une jeune enfant nous accueillit. Nous lui appartenions désormais, à elle et sa famille -ses parents et son petit frère-. Ma chérie, tu vécues quelques lunes là-bas, et moi aussi. C'est eux qui t'appelèrent Illusion, je ne sais pas pourquoi, mais ils aimaient ce nom, et me satisfaisant aussi, je t'appelais également ainsi.
Puis un jour arriva où les deux grands hommes ne revinrent pas. Les enfants furent tristes, et je sais que t'en souviens après, je le sais.
- Oui maman. Et alors d'autres hommes vinrent nous chercher, et nous emmenèrent ici, au refuge pour animaux perdus. Mais nous n'étions pas perdus maman, hein maman ?


Je me souviens de son doux sourire s'affichant sur son doux visage. Je ne l'a connu pas bien longtemps, elle mourut très tôt. Enfin je pense qu'elle est morte. Gravement malade, on la prit de sa cage et l'emmena dans la salle que l'on appelait la Salle de Non-Retour. Tous ceux qui y entraient ne ressortaient jamais. Je suppose que c'était là-bas qu'on tuait les animaux comme moi et ma mère, quand ils étaient malades...

Le temps passe sans qu'on s'en rende compte. La vie au refuge était interminable et longue. Sans cesse des humains passaient devant les cages, devant ma cage, et me regardait. Ils me convoitaient, me voulaient. Et moi j'étais impuissante, je me résignais à mon triste sort qui serait de servir de jouer ou peluche à mon prochain adversaire.
Et un jour, quelqu'un décida de me prendre. Un vieil homme, au visage couvert de cicatrices, mais il était gentil. Sa maison était très grande, et il avait déjà un chat, un gentil chat, à peine plus vieux que moi. Curieuse de ce nouveau, je tentais de jouer avec lui, de faire sa connaissance. C'était la première fois depuis des lunes que je reparlais avec un chat sans être derrière des barreaux. En faite... Avant qu'on nous emmène au refuge, ma mère et moi, je parlais avec d'autres chats.
Il était gentil, le chat là, il était sympa même, avec lui j'ai retrouvé petit à petit la joie de vivre. Puis à une période il est devenu... Étrange. Se comportait différemment envers moi. Je ne comprenais pas. Je n'aurai jamais voulu comprendre en faite.
Il faisait noir, notre bipède était allé dormir, le chat s'approchait tranquillement de moi, le visage calme, et pourtant... Pourtant... Je ne peux que trop bien m'en souvenir, j'aurai souhaité oublier à jamais. Je n'ai même pas crié, paralysée par la peur. Le matin quand je me suis réveillée, je suis partie, je me suis enfuie, loin, très loin, dans les montagnes, le plus loin possible des bipèdes, de leur ville, de lui. Je me suis arrêtée, haletante, et quelques semaines plus tard, je ne pouvais que pleurer mon triste sort. J'étais pleine de cet affreux.

Je te hais petite que tu es, je ne voulais pas de toi, tu n'es qu'un accident, le fruit d'une erreur, je ne veux pas de toi, tu es le mal qu'il m'a fait subir. Pourquoi ? Pourquoi ?! Je t'ai à peine gardé quelques minutes à ta naissance, me dépêchant autant que mes forces le pouvaient de t'abandonner près dans le lac, pour te noyer, mais d'autres chats sont arrivés, je me suis enfuie, je suis partie, et eux ils t'ont trouvé, ils t'ont recueilli. Désormais libérée de toi qui était mon fardeau, mon enfant, je me suis mis à déambulée dans ses montagnes, cherchant à oublier les horreurs de mon ancienne vie.

Puis un jour, au pied d'une falaise, j'ai trouvais deux chattes, mortes, étendues par terre. D'autres félins arrivaient, je me suis cachée.
- Abysse a tué Éclat !
- Non, c'est vous qui avait tué Abysse !
- Ne raconte pas des sottises, je savais que vous complotiez contre la Tribu de l'Aurore ! Vous n'êtes que des...
- VOUS êtes des assassins !
Je suivis ceux qui étaient pour cette Éclat. Ils rapportèrent son corps, l'enterrèrent, firent des hommages, puis cherchèrent désespérément leur futur meneur, enfin je suppose. L'hiver s'approchait, et je décidai de les rejoindre, pour avoir un abri, un logis. Ils m'acceptèrent, voulant à tout prix agrandirent leur rang pour les futurs batailles.
Ils étaient faibles, n'avaient aucun meneur. Et alors me vint une idée. Je prendrai la tête de cette tribu, et me vengerai de la vie. Je savais que mon ou ma même petit / petite était dans la tribu adverse, celle de l'Aurore je crois. Je le tuerai tous, pourquoi ? Car j'en ai envie. Il est temps que je me venge.


Donc me voilà, je suis là, regardant les chats de l'Eau du Givre se batailler pour leur survie, cherchant un meneur. Et moi, ils m'accueillent, moi je leur apporterai un meneur, et je les conduirai vers la victoire, mais également le sang des combats, de la guerre.
DERRIERE L'ECRAN

• PRÉNOM OU SURNOM : XX
• PRENOM /SURNOM : Féminin / Masculin
• ÂGE : XX ans

• COMMENT AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM ? :je l'ai crée
• POURQUOI VOUS Y ÊTES-VOUS INSCRIT ? : car je suis la fonda voyons é.è
• CODE REGLEMENT : je m'auto-valide =P
CODAGE PAR PUPPY SUR LG

____________________________

Anciennement Éclat:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://guerredestribus.rpgwars.net/
 

Illusion - Ne jamais s'attacher à personne, ne jamais faire confiance à personne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ce que personne ne sait, ce que personne ne saura jamais.
» Règle #1 - Ne jamais trahir son partenaire [JENNY]
» Une gentille personne pour me faire un bel avatar
» Un cheval et une jument sa donne un RP [Privé Memories]
» Ne regrette jamais quelque chose qui a pu te faire sourire.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA GUERRE DES TRIBUS :: Pour commencer :: Présentations personnages :: Fiches validées-